Compte-rendu de la séance du 17 décembre – Atelier Genre et Langage

Lors du premier atelier de Recherches Linguistiques sur le Genre et les Sexualités qui a eu lieu le 17 décembre à Paris, nous avons eu le plaisir d’écouter Mona Gérardin-Laverge  :

 

Actes de langage ordinaires et puissance d’agir féministe

Cette communication portait sur la puissance féministe d’agir et de lutter dans le langage ordinaire contre les actes de parole hétérosexistes, contre les structures sociales inégalitaires qu’ils participent à construire et contre l’illusion de la naturalité des sexes, des genres et de la domination qu’ils peuvent produire.

La question était de comprendre à la fois ce que peut être une puissance féministe d’agir dans et sur le langage, et quelles peuvent être ses conséquences sur les rapports sociaux de sexe.

Pour réfléchir à cette question, j’ai proposé des pistes à la fois théoriques (en revenant sur certaines critiques qui ont été adressées à Judith Butler à propos de la possibilité d’une subversion des actes de parole sexistes et injurieux, et du genre considéré comme performatif) et pratiques (en partant de contre-attaques et de subversions féministes existantes, et en les analysant pour en comprendre la portée, les conditions de réussite, l’extension possible à d’autres occurrences et à d’autres circonstances).

L’idée principale que j’ai développée est la suivante : le langage est une de nos prises majeures sur les rapports sociaux, pour les analyser et les déstabiliser. D’abord, parce que contrer la représentation du langage comme simple reflet ou représentation du réel (du monde ou de la pensée) est un outil indispensable pour contrer l’illusion de la naturalité des rapports sociaux, et notamment des rapports sociaux de sexe. Ensuite, parce qu’il existe une vraie co-constitution du langage comme acte et des conditions sociales qui permettent aux énoncés de réussir comme actes de parole. J’ai ensuite proposé certaines pistes politiques et stratégiques pour lutter contre le pouvoir des mots, en m’appuyant sur plusieurs démarches féministes de réappropriation des mots par la contestation du sens dominant (par exemple le sens du mot « travail », voir illustration). M. G.-L.

Bibliographie :

AUSTIN John Langshaw, How to do things with words, Oxford University Press, 1962. Trad. Gilles Lane, Quand dire, c’est faire, Seuil, Paris, 1970

BUTLER Judith, Gender Trouble: Feminism and the Subversion of Identity, Roytledge, New York, 1990. Trad. Cynthia Kraus, Trouble dans le genre, La Découverte, Paris, 2005

BUTLER Judith, Excitable Speech: A Politics of the Performative, Routledge, New York, 1997. Trad. Charlotte Nordmann, Le Pouvoir des Mots, Politique du performatif, éd. Amsterdam, Paris, 2004

RANCIERE Jacques et FAURE Alain, La parole ouvrière 1830-1851, Union Générale d’Editions  1976

Sans titre

 

Nous avons ensuite présenté les différents axes que nous aimerions aborder  au cours de l’année :

 

Diversité des approches des études en genre et langage

« Recherches en genre et langage » ou « sur le genre en linguistique » sont, parmi d’autres, des étiquettes qui peuvent recouvrir une grande diversité de travaux. En effet, les sciences du langage, comme leur nom l’indique, sont composées de multiples disciplines dont chacune est susceptible de travailler le genre, qui peut y être appréhendé tant comme outil d’analyse que comme objet, selon différents ancrages épistémologiques et scientifiques, pour la plupart hérités des autres sciences humaines et sociales. Ainsi, il n’est pas toujours évident, pour les linguistes, de reconnaître la pertinence ou l’efficience du concept-outil « genre » dans leur champ de recherches et, pour les non linguistes, de reconnaître la légitimité des sciences du langage à s’en emparer – et, inévitablement, à le reconfigurer. Telles sont les problématiques, qui traversent tout travail « sur le genre et la langue », que nous avons évoquées lors de notre introduction à l’atelier de « recherches linguistiques sur le genre et les sexualités ». A.C.

Structure, structuralisme et poststructuralisme en linguistique et en études de genre

La notion de structure est au fondement de la linguistique. Puis, ce modèle scientifique va se diffuser dans l’ensemble des sciences humaines et sociales. En SHS, il sera rapidement discuté par le post-structuralisme.

En études de genre, la question du structuralisme est centrale, soit dans une lecture matérialiste, où le genre est compris comme un système (d’exploitation, de domination, sémiotique, etc.) soit dans une lecture queer qui va adopter une visée post-structuraliste qui remette en question cette dimension systémique pour travailler davantage sur l’hétérogénéité.

Mais en linguistique, d’où le modèle est originaire, il n’y a que très peu de remise en question d’une théorie de la langue en termes de structure, ou, du moins, sont-elles minoritaires.

En effet, le fait que le système linguistique soit un système dans un système (social) implique souvent 1) de reléguer le social à l’extérieur ou aux marges de la linguistique. Ainsi le genre peut y être abordé comme un pur classifieur du lexique, à la grammaticalité purement arbitraire, étanche à toute contamination sociale ; 2) de concevoir ce système comme un système clos, auquel rien ne peut être ajouté ou retranché.  La dichotomie arbitraire/motivé et la notion de système en lui-même sont au fondement de la théorie structuraliste du langage. Or l’élaboration sociale du genre se passe aussi en langage, venant percer ce système clos et lui insuffler une hétérogénéité loin d’être en elle-même.

Une lecture post-structuraliste du genre, c’est-à-dire non systémique, est-elle applicable en linguistique ? Remet-elle en question la notion de structure de la langue ? Peut-on penser la langue autrement que comme une structure ? La linguistique peut-elle être autre chose que structuraliste ? J.A.

Sexualités et linguistique

Les recherches linguistiques françaises prennent très peu en compte la question des sexualités. Une des ambitions de cet atelier est donc de chercher à introduire cette question au sein de la jeune recherche en Genre et Langage notamment en faisant mieux connaître les travaux anglo-saxons (Livia & Hall 1997 ; Cameron & Kulick 2003, 2006 ; etc.). Il s’agit dans ce cadre de s’intéresser aux sexualités dans leur diversité mais aussi aux identités sexuées non binaires (trans*, intersexe, agenre etc.) pour montrer comment celles-ci sont élaborées, co-construites mais aussi contestées dans et par les discours. Une autre ambition est de s’intéresser à la manière dont les sexualités structurent les rapports sociaux et langagiers, en étudiant par exemple le fonctionnement de l’hétérosexualité comme norme, comme valeur et comme performance (Cameron 2014). Enfin, l’atelier aimerait également  aborder la question du désir (Kulick 2008) en considérant que les rapports entre  sexualité et langage ne sont pas limités à la construction des identités sexuelles et sexuées (question largement débattue par exemple par Hall & Bucholtz (2004)): les sexualités S/M, en ligne, la pornographie etc. font en effet la part belle au langage dans l’élaboration du désir. N.M.

Corpus sensibles et recherches linguistiques sur le genre et les sexualités

Il nous semble qu’intégrer les thèmes du genre et des sexualités à la linguistique pose des problèmes spécifiques en ce qui concerne la question récurrente de la construction des corpus. Par ailleurs, les études de genre et spécifiquement l’épistémologie féministe (Harding 1986 ; Haraway 1988) nous invitent à pratiquer une science plus éthique, plus féministe, plus objective et moins objectivante : il semble alors intéressant de voir comment ces acquis peuvent être incorporés aux recherches linguistiques. L’atelier propose donc de réfléchir aux différentes conduites, postures et méthodologies que peuvent adopter les chercheur-se-s dans l’élaboration des corpus pour des recherches linguistiques sur le genre (la liste est non exhaustive) :

– Comment gérer ses affects lorsqu’on travaille sur des discours de haine ou des discours discriminants ?

– Comment faire au contraire lorsqu’on doit critiquer et mettre à distance les positions et les discours de personnes dont on partage par ailleurs les intérêts militants (dans la critique des métadiscours militants par exemple) ?

– Comment disjoindre ou au contraire mêler l’activité militante et l’activité scientifique ?

– Comment nommer ceulles sur qui on travaille (notamment lorsqu’il y a des conflits en ce qui concerne les dénominations, par exemple sur un terrain transgenre/transsexuel) ?

– Comment régler le problème de l’impossibilité à modifier les données langagières exigée par la discipline linguistique (et donc la difficulté de procéder à de réelles anonymisations) lorsqu’on travaille sur des sujets sensibles ou des populations vulnérables (minorités sexuelles, violences sexuelles etc.) ?

– Comment gérer la méfiance des enquêtés par rapport à la discipline linguistique et au recueil de leurs paroles et de leurs discours ? N.M

La linguistique à la rencontre du politique : féminisme et queer en sciences du langage

Une linguistique féministe peut être une description des productions féministes comme objets discursif, des pratiques féministes de la langue, des pratiques langagières qui interrogent le genre, ou encore une critique linguistique du patriarcat qui montre les traces ou les supports de la domination masculine ou de la bicatégorisation du genre dans la langue et les discours. C’est  une linguistique critique, et donc fondamentalement politique qui s’occupe de discuter les rapports de pouvoir en langue. L’atelier se propose de questionner les possibilités et les blocages à l’émergence d’une linguistique féministe francophone.

À ce titre, est-il plus simple de parler d’une linguistique du genre que d’une linguistique féministe ? Entre légitimité scientifique et lecture politique de la science, l’équilibre reste à trouver. Mais là où le féminisme a été peu audible, le queer a réussi une meilleure percée en linguistique. On peut même parler aujourd’hui d’une linguistique queer.

Par ailleurs, il y a beaucoup de féministes qui parlent de la langue sans être linguistes, depuis d’autres disciplines ou bien depuis l’espace militant, et qui saisissent la langue comme un objet pleinement politique. À quel moment la linguistique accepte-t-elle ces discours « paralinguistiques » ? Quand décide-t-elle qu’ils ne sont qu’épidiscours ou les acceptent-elles comme métadiscours dignes de discussion ? Quelle est alors la spécificité de la linguistique ? Que peut-elle apporter au féminisme ? J.A.

 

Nous vous attendons nombreux-ses pour la prochaine séance du 10 février !

 


Association GSL

créée en octobre 2013.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *