4ème séance de l’atelier Genre et Langage – mercredi 13 mai

L’atelier de recherches linguistiques
sur le genre et les sexualités

organise sa 4° séance de l’année

le mercredi 13 mai  2015

14h- 17h

à la MIE Bastille, en salle des Conférences
50, rue des Tournelles
75003 Paris
(M° Chemin vert ou Bastille).

La séance sera consacrée à une lecture féministe du genre grammatical en français.
Nous aurons le plaisir d’accueillir :

Ann Coady, Sheffield Hallam University

La construction discursive du masculin générique : une analyse historique

 Cette communication vise à démontrer la nature fluide et discursivement construite du masculin générique. Une analyse historique révèle que les règles grammaticales du français moderne n’ont rien de naturel ou d’immuable. Elles sont plutôt le résultat d’une lutte de pouvoir qui dure depuis des siècles autour des questions de langage et genre social.

Lucy Michel, Université de Bourgogne

Le genre grammatical dans le cadre de la dénomination de la personne : la question sémantique

Dans le cadre de la dénomination de la personne, la catégorie grammaticale du genre est traditionnellement présentée comme transparente, entièrement motivée : au genre grammatical féminin, le trait [+ femelle] ; au genre grammatical masculin, le trait [+ mâle]. Mais les différences de traitement sémantique entre les formes masculine et féminine d’un même mot (couturier, couturière ; professionnel, professionnelle) révèlent les insuffisances (et dangers) de cette lecture binaire et sans intersection possible. Une description sémantique intégrant les variations synchroniques et diachroniques du genre grammatical permet au contraire de visibiliser les mécanismes en jeu dans la construction de cette catégorie et de rompre avec son assise naturalisante : au genre grammatical féminin, non plus le trait [+ femelle], mais le trait [+ sétérotypes associés à la classe femme] ; au genre grammatical masculin, non plus le trait [+ mâle], mais le trait [+ stéréotypes associés à la classe homme].

Un pot informel suivra l’atelier pour poursuivre les discussions.

Cette séance précède la Journée d’Étude Arbitraire et motivation du genre grammatical qui aura lieu à Lyon (ENS) le vendredi 15 mai.

Au plaisir de vous retrouver lors de l’atelier,

Alice Coutant, Noémie Marignier, Mona Gerardin-Laverge et Julie Abbou,
pour l’Atelier Recherches Linguistiques sur le genre et les sexualités


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *