Les voix du genre – Sociophonétique et études de genre

Les Ateliers de recherches linguistiques sur le genre et les sexualités ont le plaisir de vous convier à leur deuxième séance de cette année 2015-2016 :

Lundi 23 novembre 2015, 14h-17h

MIE Bastille – 50, rue des Tournelles, 75003 Paris

Les voix du genre

Sociophonétique et études de genre

 

Featuring:

Aron Arnold (doctorant en sociophonétique, Paris 3)

La voix comme dispositif de genration binaire

La forme d’une voix est déterminée par l’anatomie de l’appareil phonatoire, mais aussi par un ensemble de pratiques articulatoires. Certaines de ces pratiques articulatoires permettent, d’une part, de diminuer les différences vocales au sein du groupe des femmes et celles au sein du groupe des hommes, et d’autre part, d’exagérer les différences vocales entre le groupe des femmes et celui des hommes. Elles servent ainsi à reproduire une vision binaire des genres et des sexes.

 

Nayla Matar (doctorante en phonétique, Aix-Marseille / Beyrouth)

Genre et voix : le cas des femmes avec oedème de Reinke

Les femmes avec œdème de Reinke sont souvent prises pour des hommes au téléphone. Ainsi, leurs voix masculines sont intéressantes pour l’étude des stéréotypes de genre dans la voix. L’objectif de cette présentation est de vérifier leur plainte dans un cadre expérimental (étude d’auto-évaluation et de perception) et de rechercher les paramètres acoustiques utilisés dans l’identification du genre en se basant sur leurs voix (étude de production).


Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Pradalier dit :

    Bonjour,
    Je suis très étonnée que vous participiez par votre formulation aux stéréotypes de sexe.
    Pour avoir moi-même eu longtemps, et peut-être encore, une voix androgyne (je l’ai compris au « monsieur ou madame » que me disaient au tél les sujets qui ne me connaissaient pas) et pour avoir entendu dernièrement une voix que je croyais être d’homme et qui finalement émanait d’une personne que je connaissais bien et qui était une femme, pour avoir également entendu une voix que je croyais être d’une femme et qui était un homme, je ne m’avancerai plus jamais à parler de voix d’homme ou de femme mais de voix plus ou moins graves seulement, ou plus ou moins aigüe. Par ailleurs, le travail de théâtre permet d’étendre le registre vocal. Et je pense aussi que, suivant les idiomes, le registre grave ou aigu peut être plus ou moins sollicité. Bref, en faire une histoire de sexe n’est, à mon avis, qu’une prolongation des stéréotypes à faire tomber.

    • Atelier RLGS dit :

      Bonjour,
      Il ne sera pas question lors de cette séance d’essentialiser les voix de femmes ou d’hommes mais bien au contraire d’étudier les mécanismes et stéréotypes de genre qui travaillent à les produire et à les faire comprendre/entendre comme différentes. Les communications viseront précisément à déconstruire la binarité voix d’homme vs. voix de femme pour faire travailler les notions de masculinités et de féminités qui s’articulent autour des répartitions graves/aigues (mais pas que), bien à l’opposé d’une consolidation des stéréotypes de genre.

  2. Aron Arnold dit :

    Bonjour,
    Comme l’ont indiqué les organisatrices, l’objectif de cet atelier est de montrer comment les locutrices/eurs utilisent leurs voix pour rendre intelligible une identité de genre en faisant appel aux représentations stéréotypiques sur les voix de femmes et voix d’hommes. Ces représentations font que les voix claires et aiguës sont perçues comme féminines et les voix sombres et graves comme masculines.
    L’exemple que vous citez, la perception de votre voix comme voix d’homme, est par ailleurs très intéressant. On peut régulièrement observer que les voix androgynes sont perçues comme voix d’homme. Pour moi, cela relève du même processus de catégorisation que celui que l’on peut observer auprès d’entités dont le genre n’est pas clairement explicité – ces entités sont catégorisées « par défaut » en « masculin ». Par exemple des bébés qui ne sont pas habillés en rose ou en bleu vont majoritairement être catégorisés comme garçons…
    L’atelier sera donc axé sur des travaux sur les représentations et perceptions qui déclenchent des catégorisations genrées et sur une déconstruction des discours de type « les femmes parlent comme ça, les hommes comme ça… ».

  3. Pradalier dit :

    Merci pour vos réponses qui éclaircissent en effet vos positions. Mais je voudrais juste préciser auprès de Aron Arnold que les gens ne me prenaient pas plus pour un homme que pour une femme. Je récuse donc le masculin par défaut qui n’est qu’une imposition plutôt récente d’ailleurs dans le paysage professionnel, administratif et académique. Les gens me disaient « monsieur ou madame » ou « madame ou monsieur » et moi, en général, je ne précisais rien parce que ça m’amusait bien sûr et que, de toute façon, ça n’avait pas d’incidence: ce n’était pas des demandes en mariage ((((-: !

  4. Pierre Lhenri dit :

    Bonjour,

    Je suis heureux de trouver une association qui travaille sur ces thématiques, et je regrette de ne pas avoir pu me rendre à cet atelier des « Voix du genre » !
    Mais peut-être pourrez-vous me renseigner ? Dans le cadre de mes études en conservatoire, je dois produire un petit mémoire pour lequel j’ai choisi de travailler sur les voix masculines aiguës et ce qu’elles expriment de la virilité dans le chant (dans le cadre des musiques occidentales, partant du XIXème siècle). La pratique lyrique est bien documentée (abandon du falsetto à partir du XIXème siècle héroïque, redécouverte des contre-ténors à partir des années 1940, fantasme des castrats…), mais il est beaucoup plus difficile de se faire une idée des représentations liées à l’utilisation de l’aigu / de la voix de fausset dans les musiques actuelles.
    En dehors des questions esthétiques ou d’époque liées à tel ou tel courant musical, il m’a semblé qu’une approche pouvait être la déconstruction des stéréotypes de genre, qui se manifeste aujourd’hui par le vêtement ou le style plus ambivalents (les « métrosexuels »), mais aussi par la manière dont on place et utilise sa voix, parlée et chantée.
    Auriez-vous des études, des articles à m’indiquer qui creuseraient la question ? N’étant pas universitaire, je ne suis pas en mesure de produire une réflexion suffisamment éclairée et étayée sur la question… J’ai pensé, en voyant le sujet de ce dernier atelier, que vous pourriez me conseiller.
    Merci pour votre réponse !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *