Jean Szlamowicz et Xavier-Laurent Salvador signent un pamphlet antiféministe orné de discours linguistiques — Compte rendu critique par l’association de recherche GSL

Jean Szlamowicz et Xavier-Laurent Salvador. 2018. Le sexe et la langue. Petite grammaire du genre en français, où l’on étudie écriture inclusive, féminisations et autres stratégies militantes de la bien-pensance. Paris : Éditions Intervalles.

Fin 2018 paraissait Le sexe et la langue, titre qui peut faire illusion, pour le moins lorsqu’on ne connait pas le champ des recherches linguistiques sur le genre ou lorsqu’on ignore le fonctionnement discursif actuel de l’expression la bien-pensance, qui sert si souvent de drapeau de ralliement au sein de courants de pensée ultra-conservateurs. Cela dit, la première page comporte une dédicace qui devrait fonctionner comme une bonne mise en garde pour le cas où le titre semblerait ambigu : « aux féministes – aux vrai(e)s ! » Le choix des mots-clés du titre, avec cette dédicace par laquelle deux auteurs – qui ne font état d’aucun engagement féministe notoire dans leurs écrits précédents – prétendent distribuer des brevets de vrai ou faux féminisme, voilà qui suffit pour mettre sérieusement la puce à l’oreille à quiconque a l’habitude de se confronter à la vulgate antiféministe contemporaine. En effet, il suffit encore, dans notre France des années 2010, d’afficher son engagement féministe pour expérimenter ce type de rappel à l’ordre de la part des antiféministes contemporains qui semblent passer leur temps militant à expliquer aux féministes qu’elles et ils se trompent de combat et desservent leur cause. La première page affiche donc un indice, qui s’avère, de fait, pertinent. L’impression de plonger dans un pamphlet politique antiféministe (et parfois purement misogyne, surtout en deuxième partie) se confirme à la lecture de l’ensemble.

Que contient cet ouvrage ? 

La première partie (135 pages, la plus longue) est rédigée par Jean Szlamowicz. La seconde, une quarantaine de pages avec une prétention scientifique moindre et un ton pamphlétaire encore plus affirmé, est rédigée par Xavier-Laurent Salvador.

 Il est impossible de rédiger une critique détaillée de l’ouvrage tant celui-ci comporte d’approximations, d’erreurs par méconnaissance et d’affirmations inexactes. On peut cependant donner un aperçu des principales catégories de problèmes posés, et ils ne sont pas anodins. 

Tout d’abord, l’étendue de la méconnaissance du champ des recherches linguistiques sur le genre (et des recherches féministes tout court) par les auteurs : on aurait pu s’attendre à ce que les références classiques du champ soient discutées, alors que celles-ci ne sont souvent même pas mentionnées. Ensuite, la méthodologie bancale qui aboutit à un simulacre de recherche scientifique. Enfin, l’absence quasi totale de corpus, ce qui est sidérant de la part de deux linguistes. 

Cela a une lourde conséquence : l’ouvrage prétend constamment démonter un discours qu’il dit militant et non-scientifique mais le contenu apparait précisément comme non scientifique et lui aussi très militant. En résumé, si on souhaite lire de la propagande anti « écriture inclusive », tout y est, il y a même de quoi donner un vernis érudit à des arguments basiques. En revanche si on cherche à lire un ouvrage documenté sur cette question, il faudra aller voir ailleurs. 

Qui sont les auteurs et quels sont leurs engagements politiques ?

Si les auteurs se disent féministes, c’est tout simplement pour dire que « l’émancipation juridique, politique et culturelle des femmes a déjà eu lieu » (p. 127). On ne sait trop ce qu’ils appellent « être féministe », ni quels seraient leurs combats féministes ou leurs repères théoriques, à part se déchainer ici ou là contre le port du voile par certaines femmes musulmanes, dont ils parlent comme d’un groupe homogène allant de l’Iran à la France en passant par le Qatar ou les USA. Aucune allusion n’est faite aux nombreux combats féministes en cours en France, puisque, comme ils l’expliquent sur tous les tons, il n’y aurait précisément plus besoin de tels combats. Ah, si ! Exception faite pour « certains quartiers en France où l’on ne parle pas forcément le français comme langue maternelle » (p. 136). On n’en saura pas davantage, l’allusion entre-soi suffit. Malgré cela, ils n’ont pas de scrupules à émettre une typologie tout à fait inédite des courants féministes : page 123, on apprend qu’il existerait selon Szlamowicz deux courants, le féminisme idéologique et le féminisme politique, rejoints également par un néoféminisme ainsi qu’un « féminisme dévoyé » quelques pages plus loin. L’avis des militant·es féministes sur le sujet n’est ni cité ni même envisagé, et il est évident que ces catégories ad hoc ne servent qu’à répondre à l’objectif politique de décrédibiliser tout courant féministe. L’auteur fait fi de dizaines d’années de publications, débats, engagements et ne semble pas avoir connaissance du féminisme matérialiste, différentialiste, intersectionnel ou queer, etc. mais cela ne l’empêche pas de traiter d’une manière étonnamment péremptoire des sujets extrêmement complexes. Un passage tel que : « Une société où existe une division du travail répond à un certain ordre social : qu’un homme soit forgeron et une femme nourrice ne correspond à aucune forme d’injustice » (p. 84) fera sans doute frémir les sociologues travaillant sur les questions du travail et du genre. De même Szlamowicz explique la « tendance lourde des langues du monde entier à utiliser le masculin comme neutre » de la manière suivante : « le féminin renvoie à une singularité originelle, au lien primordial, biologique, existentiel et universel qu’est le lien maternel » (p. 18) ce qui n’a pas grand-chose à voir avec la linguistique et avec le genre grammatical, ni même avec une quelconque démarche scientifique, mais qui relève tout à fait des idéologies sur le genre.

En bref, le « féminisme » dont les deux auteurs se revendiquent ressemble en tous points à de l’antiféminisme, notamment à de l’antiféminisme raciste et différencialiste. Jean Szlamowicz a accordé un entretien tout en complicité (Figarovox, nov. 2018) à Eugénie Bastié, jeune figure de proue du militantisme antiféministe, homophobe et antiavortement. Il publie d’ailleurs dans la revue Causeur, connue pour son idéologie raciste : l’activisme de Szlamowicz et Salvador n’est donc pas seulement dirigé contre les féministes mais aussi contre les militant·es antiracistes.

Leur corpus ?

De corpus, on ne trouvera pratiquement pas trace dans l’ouvrage.

On identifie parfois un usage des guillemets qui s’apparente à de la citation de corpus, par exemple page 83 : « la langue est “coupable”, la langue est “responsable”, la langue est “réactionnaire” ». Cependant, aucune mention n’est faite de la source. L’emploi des guillemets est par conséquent incompréhensible et pour le moins surprenant de la part d’un analyste des discours.

Szlamowicz, par ailleurs spécialiste de l’énonciation en anglais, prétend, dès la quatrième de couverture, mobiliser l’analyse du discours dans cet ouvrage ; mais au fil de la lecture on se rend compte que son corpus est constitué d’un seul texte (ou presque), le Manuel d’écriture inclusive publié en 2017 par l’agence Mots-clés, signé par Raphaël Haddad. Ce texte unique est ici considéré comme un corpus suffisant, représentatif de… on ne sait pas très bien de quoi, cela n’est jamais justifié. Probablement représentatif de tout le chantier de réflexion sur l’expression du genre en français, engagé depuis les années 1980 et encore en cours, en France tout comme dans différents pays de la francophonie. Or, non seulement il n’est pas représentatif, mais il ne prétend pas l’être ; il s’agit d’un manuel destiné aux entreprises, avec vocation à être mis à jour régulièrement. Le fait de se contenter de ce manuel comme seul et unique corpus génère beaucoup d’affirmations fantaisistes, ne reposant sur aucun début de soupçon de recherche. 

Le Manuel d’écriture inclusive appartient, justement, au genre discursif du manuel, tout à fait intéressant à étudier, mais excessivement spécifique comme corpus si on prétend s’intéresser à un phénomène linguistique et discursif dans sa complexité. Les auteurs commentent parfois de manière assez développée un ouvrage (pionnier) de Yaguello qui date de 1982, sans vraiment contextualiser ces débats sur la langue qui n’ont cessé d’évoluer durant les 50 dernières années, dans la continuité des mouvements féministes des années 1970. Non seulement ils glanent parfois des idées ici ou là de manière anachronique mais en plus, selon les besoins de l’argumentation, ils font parfois comme si l’idée d’une « écriture inclusive » était sortie du chapeau du Manuel il y a deux ou trois ans, comme s’il ne s’agissait pas d’une simple étape dans la longue réflexion de fond sur l’expression du genre en français, menée par des écrivaines et aussi par des linguistes de différents bords politiques depuis si longtemps (Yaguello donc, mais aussi Wittig, Violi, Romaine, Perry, Pradalier, Nossenko Hercberg, Moreau, Michel, Michard, Larivière, Labrosse, Khaznadar, Houdebine, Elmiger, Dumais, Douay-Soublin, Chevalier, Burr, Abbou, etc. absentes ou presque de leurs lectures).

Szlamowicz se fait parfois prophète et se risque à prédire que certains mots n’entreront jamais dans l’usage, alors qu’ils sont attestés depuis des années et en pleine diffusion. Un exemple édifiant est celui d’un nom de métier, pourtant proche de leur univers : maitresse de conférences dont ils affirment que l’usage ne le connait pas (p. 58)… Or, maitresse de conférences connait 2600 occurrences rien que sur Google Scholar, dans les publications universitaires. Et cet usage ne date pas de cette année ; au hasard, Christine Bard l’utilise sur la quatrième couverture de son ouvrage de 2003. Le mot apparait sur les fiches-métiers, sur les annonces de vacance de poste sur Galaxie, le portail officiel des concours de l’enseignement et de la recherche. Un simple clic sur un moteur de recherche leur aurait permis de vérifier l’affirmation. Même la très conservatrice Académie française a adoubé ce nom de métier dans son rapport de mars 2019, paru très peu de temps après l’ouvrage dont il est question ici. Cet exemple donne une idée du manque de rigueur qui caractérise ce texte.

Dans le même ordre d’idée, l’auteur se pose parfois des questions étonnantes, qui montrent l’étendue des problèmes posés par le fait de travailler sans corpus : page 56, il s’interroge : « Tiens, d’ailleurs, les gens. Comment va-t-on le “genrer” […] Ecrira-t-on les gens.s.es ? » ? Le mot est souvent perçu comme collectif, mais s’il avait poussé un peu sa curiosité jusqu’à constituer un corpus, il aurait pu trouver les formes gentEs et gentes (parfois même oralisés) attestées depuis des années.

Leur méthode de travail ?

Un des problèmes majeurs découle du fait que l’ouvrage n’étudie pas des usages, mais des représentations imaginaires que l’auteur se fait des usages de l’« écriture inclusive ». Pourtant ces usages attestés ne manquent pas, dans de nombreux domaines (tracts, courriers publicitaires, courriers administratifs, discours politiques, pétitions, essais). Julie Abbou a consacré sa thèse de doctorat, soutenue en 2011, aux marques anti-sexistes utilisées dans les écrits libertaires et anarchistes ainsi qu’aux discours épilinguistiques des groupes étudiés.

Szlamowicz critique une vision parfois naïve des utilisateurs et utilisatrices de l’« écriture inclusive » (en ce qui concerne le rapport entre les mots et les choses, en ce qui concerne l’efficacité du langage). On ne peut le contredire sur ce point, mais ce n’est pas un scoop : la plupart des francophones n’ont pas fait d’études de linguistique et ont parfois une vision naïve du rapport entre langage et « réalité ». Mais pourquoi ne pas s’être précisément intéressé aux usages, aux représentations qui les sous-tendent, ainsi qu’aux discours métalinguistiques sur l’écriture inclusive ? Méthodologiquement c’est ce qu’aurait fait un·e analyste du discours. Rien de tout cela ici : il s’agit de critiquer des usages imaginaires de la langue, dans une démarche normative. Le discours prescriptif que délivre l’ouvrage, pour donner des leçons à celles et ceux qui utiliseraient mal leur langue, se situe à des années-lumière de la démarche linguistique et provoque un certain malaise.

De plus, Szlamowicz présente lui-même une vision de la langue qu’il semble critiquer par ailleurs, ce qui produit un effet de confusion inattendu de la part d’un spécialiste de linguistique. Dans un résumé de sa position sur les noms de métiers, qu’il publie lui-même dans la Revue Causeur et sur son blog partagé (Perditions idéologiques), il écrit par exemple : « On confond aussi la féminisation des métiers, qui est l’affaire de la société, et celle de la langue qui n’en est que le reflet : « plombier » n’est masculin que dans la mesure où le métier est majoritairement masculin. Quand les « plombières » seront légions, le mot sera courant ».

Un linguiste du XXIe siècle qui considère que la langue n’est que le reflet de la société, c’est soit un linguiste très débutant, soit un linguiste de très mauvaise foi. En l’occurrence, nous penchons pour la seconde option. Est-il nécessaire de rappeler que les pharmaciennes étaient légion tandis que l’Académie française et certains linguistes s’obstinaient toujours à faire admettre que la pharmacienne était l’épouse du pharmacien ? Est-il nécessaire de rappeler que les infirmières et les puéricultrices constituent une majorité écrasante dans leur corps de métier, et que personne n’a eu l’idée d’appeler les hommes du métier des « infirmières et des puéricultrices hommes », pour que la langue soit le « reflet de la réalité » ? Il suffit de comparer deux langues au hasard pour comprendre, dès la première année de licence en sciences du langage, qu’une langue est autre chose que le « reflet de la réalité ». Cet argument est tout à fait étonnant.

Leur cadre théorique ?

Le principal cadre théorique se définit en négatif : les auteurs critiquent de manière superficielle les études linguistiques sur le genre, et généralement les gender studies et les courants de pensée féministes, mais ne se réclament pas d’un cadre théorique précis. Ils se positionnent comme des chercheurs dont le but est de contrer des discours militants, faisant ainsi preuve d’un militantisme mal assumé (voire camouflé) qui irrigue l’ensemble de l’ouvrage.

Cela les pousse, par exemple, à avancer des interprétations sans corpus, là encore sur des énoncés inventés au mépris de toute routine académique et, pour Szlamowicz, en contradiction flagrante avec ses pratiques de chercheur habituelles, dans ses publications soumises à un comité de lecture. A titre d’illustration, dès l’introduction, page 17, il affirme sur un ton censé être irréfutable : « En discours, un animé humain porteur du genre masculin peut avoir un référent soit mâle soit femelle, alors que l’inverse n’est pas vrai : on peut dire “le ministre de l’intérieur est une femme” mais pas “la ministre de l’intérieur est un homme” ». Or, parler de discours et prendre un exemple de phrase hors de tout contexte est une absurdité théorique et une malhonnêteté argumentative ; c’est un pur effet de manche démagogique à l’intention d’un public non averti. S’il se donnait la peine de chercher des contre-exemples attestés, il trouverait aisément « Ma sage-femme est un homme ». Sans compter de nombreux autres termes extensifs [animé, humain, genre féminin] comme « La victime est un homme de 30 ans », etc.

Sur ce point, l’absence de toute référence aux travaux de Claire Michard est notamment assez gênante. Page 67 par exemple, on apprend que « […] le féminin est spécifiant. Le masculin est souvent généralisant ». La question de la généricité du genre masculin est théorisée de manière extrêmement fine dans les travaux de Michard depuis les années 1980 ; la question de la spécificité du genre féminin y est abordée de front, et notamment la difficulté à considérer une symétrie référentielle et sémantique entre les marques féminines et masculines. Il semble ici encore une fois que notre auteur rate un des principes fondamentaux de la recherche : savoir faire correctement un état de l’art. D’où cette remarque assez naïve : « En prenant le genre au pied de la lettre, on fait comme si les locuteurs croyaient vraiment que la grenouille est la femme du crapaud et le hibou le mari de la chouette. » (p. 39) L’utilisation de femme pour désigner les femelles d’une espèce animale est précisément ce que Michard montrait dans un excellent article de 1999, en discutant justement le fait que « le linguiste André Martinet, dans un entretien à propos du genre, diffusé en 1988 à Radio Canada, parle de la femme du chameau qui se nomme chamelle… ». Encore un article qui aurait mérité de figurer dans la bibliographie.

Leur apport original ? 

Nous n’avons donc rien trouvé d’original dans ces discours antiféministes, à part le profil des auteurs. Que des linguistes ayant fait leurs preuves dans leur domaine oublient ainsi leurs routines de travail et s’attaquent sans aucune précaution oratoire et scientifique à un domaine de recherche aussi foisonnant, dont ils ignorent tout, c’est plutôt original, mais dans le mauvais sens du terme.  Dans le milieu universitaire, la plupart des collègues hésitent à entamer des conversions thématiques sur le tard, en raison du temps que cela demande. On pourrait penser que c’est plutôt courageux d’entamer une telle conversion, après tout. Mais comme les deux auteurs adoptent un ethos de donneurs de leçons, allant jusqu’aux imprécations, alors qu’ils ne font que commencer à explorer un domaine, cela ne peut produire globalement qu’un effet consternant en termes de probité scientifique. Un exemple, page 56 : « Cédant à la propagation d’un vocabulaire dont l’arrogance littéraire débile intimide les moutons, les néoféministes ne cessent de trouver que la femme est “invisibilisée” ».

FigaroVox a applaudi des deux mains cette publication : nul doute que les antiféministes trouveront dans ce livre quelques anathèmes bien tournés qui pourront faire figure d’arguments d’autorité, compte tenu des titres universitaires des deux auteurs. Pour la recherche en sciences du langage, on repassera.


Association GSL

créée en octobre 2013.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search