Lettre ouverte de Médéric Gasquet-Cyrus au député Guy Teissier

Monsieur le député,

J’ai lu avec attention le projet de loi sur la pénalisation de l’écriture inclusive que vous avez déposé le 23 mars 2021 et qui m’a intéressé au plus haut point en tant que linguiste.

Soucieux de contribuer à la vie républicaine, je me permets de vous adresser quelques commentaires et éléments d’expertise qui sauront, je l’espère, éclairer votre action de représentant de la nation.

Avant tout, j’ai relevé dans votre texte des passages identiques au mot près à ceux d’un texte de la journaliste Alba Ventura dans son édito sur RTL le 19 octobre 2017[1]. Afin de faciliter votre travail, je vous signale ci-dessous en jaune les passages identiques dans les deux premiers paragraphes :

L’objectif annoncé de cette nouvelle forme d’écriture est de rétablir l’égalité homme-femme par l’orthographe et la grammaire. L’égalité entre les femmes et les hommes est un objectif qui doit être défendu de manière forte, mais l’usage accru du féminin dans la langue française, faisant fi des règles en vigueur et créant une confusion importante, ne permettra en rien d’atteindre l’objectif voulu, bien au contraire.

Les inventeurs de ce système plaident les meilleures intentions du monde : la défense et l’illustration de la femme. Celle-ci serait mal-aimée et oubliée de la grammaire. Ils rappellent que par le biais de la grammaire, les hommes ont effacé les femmes, puisque le masculin l’emporte en genre et en nombre.

Il ne peut s’agir que d’une coïncidence et non d’un vulgaire copié-collé qui serait du plus mauvais effet dans un texte législatif, mais je préfère vous prévenir car, comme vous le savez, le plagiat est interdit, et vous risqueriez d’être accusé de vol de propriété intellectuelle. Le plagiat est même sanctionné à l’université (mais pas de 5000 € d’amende ni de trois mois de prison, je vous rassure).

J’en viens au contenu de votre texte.

Puisque vous intégrez dans l’écriture inclusive, à juste titre, « les pratiques rédactionnelles et typographiques visant à substituer à l’emploi du masculin, lorsqu’il est utilisé dans un sens générique, une graphie faisant ressortir l’existence d’une forme féminine », sachez que si votre loi est adoptée, le président Emmanuel Macron sera passible d’une amende dès lors qu’il commencera à lire un discours qui débute par « Françaises, Français ». N’hésitez pas à le prévenir afin de lui éviter tout ennui à ce sujet.

Cependant, la circulaire Blanquer du 5 mai 2021 est beaucoup moins restrictive puisqu’elle demande « de recourir à des formulations telles que “le candidat ou la candidate” afin de ne pas marquer de préférence de genre, ou à des formules telles que “les inspecteurs et les inspectrices de l’éducation nationale” pour rappeler la place des femmes dans toutes les fonctions ».

Votre loi ne porte donc pas seulement contre le point médian et tout autre procédé graphique, mais contre l’écriture inclusive dans son ensemble.

D’autres points de votre projet de loi contiennent soit des approximations, soit des erreurs factuelles ou scientifiques.

  • §3 : « Les inventeurs de ce système »: il n’y a pas d’« inventeurs » pas plus que de « système » car l’écriture inclusive est un ensemble de pratiques collectives et individuelles, spontanées, ayant émergé depuis des décennies et évoluant régulièrement depuis, sans qu’on puisse identifier des personnes responsables de leur création, ni d’« Académie inclusive » qui définirait des normes.
  • §3 : « l’illustration de la femme »: l’écriture inclusive ne prétend aucunement « illustrer la femme » ; cette formule est peut-être due à un rapprochement fortuit avec l’ouvrage Défense et illustration de la langue française. À moins que vous ne vouliez parler de « visibilité » ? Dans ce cas, je vous invite à employer les mots justes dont la langue française dispose, afin que l’on puisse comprendre votre raisonnement.
  • §3 : « le masculin l’emporte en genre et en nombre »: cette formule ne constitue aucunement une « règle » linguistique, ni une « loi » naturelle. Ne confondez pas un slogan ayant servi de caution pour imposer l’idée d’une domination masculine avec le fonctionnement grammatical.
  • §3 : « le masculin l’emporte en genre et en nombre » : cette formule n’a par ailleurs aucun sens grammaticalement ; le masculin peut, par choix, par convention, être utilisé de manière générique, mais le genre ne concerne pas le nombre ; il faudrait a minima reformuler cette tournure (je peux vous conseiller des grammairien·nes qui seraient prêt·es à vous aider) (3750 € d’amende pour moi…).
  • 4 : Vous évoquez l’Académie française mais je vous rappelle que cette institution fort coûteuse et très en retard sur les usages linguistiques de son temps ne compte aucun linguiste dans ses rangs, ce qui rend ses analyses sur la langue quelque peu cocasses, et souvent peu pertinentes. Le « cri d’alarme » de l’Académie qui dénonce le « péril mortel » de l’écriture inclusive est une caricature grotesque qui fait rire tous les linguistes et les gens qui s’intéressent un peu à la langue telle qu’elle est, et non telle qu’on la fantasme.
  • §5 : Selon vous, l’écriture inclusive « représente une atteinte sévère au patrimoine littéraire commun des peuples de la francophonie ». Cependant, cette écriture ne concerne aucunement la littérature, personne ne prétend et n’a jamais prétendu vouloir réécrire la littérature française en écriture inclusive : ce passage n’ayant absolument aucun sens, vous pouvez le supprimer pour alléger votre texte.
  • §5 : Dans ce même paragraphe, vous évoquez le « patrimoine littéraire commun des peuples de la francophonie » avant de parler de « ceux qui dans le monde, par admiration pour la France et sa culture, sont désireux d’apprendre la langue française ». Je vous rappelle que la francophonie dépasse largement la France, que la langue française, forte d’environ 300 millions de locuteurs, n’est pas l’apanage de la France et que celles et ceux (5000 € d’amende pour récidive, je sais) qui apprennent le français ne le font pas forcément « par admiration pour la France et sa culture ». Les francophones de Belgique, de Suisse, du Luxembourg, du Québec mais aussi de Louisiane, d’Algérie, du Maroc, de Tunisie, du Sénégal, de Guinée et des 88 états et gouvernements membres de l’Organisation Internationale de la Francophonie ne sont pas tournés en permanence vers « la France et sa culture ». Si vous maintenez ce passage, d’aucun·es (incarcération, je sais) pourraient y trouver des relents colonialistes assez nauséabonds.
  • §10 : Vous écrivez que « l’administration de l’État devait se conformer aux règles orthographiques et grammaticales en vigueur », mais aucun texte législatif ne fixe des règles orthographiques et grammaticales.
  • §12 : En paraphrasant la secrétaire perpétuelle de l’Académie française Hélène Carrère d’Encausse (qui souhaite se faire appeler « Madame LE secrétaire perpétuel »…), vous faites appel à Claude Lévi‑Strauss et Georges Dumézil (qui ne sont peut-être pas les références les plus actuelles sur le sujet…) et mettez en garde, en les citant, contre « des changements délibérés » qui « risquent de mettre la confusion et le désordre dans l’équilibre subtil né de l’usage ». Or, c’est l’usage même que votre loi vise. Usage de certaines personnes, de certaines minorités que vous souhaitez donc interdire et pénaliser : curieuse vision de l’usage. Vous ajoutez : « c’est l’usage qui conduit naturellement aux changements de la langue et non la volonté de la soumettre à des évolutions sociétales, voire à une idéologie ». C’est exactement ce que vous faites en interdisant certains usages et en soumettant l’utilisation de la langue à une idéologie : la vôtre.

Vous ajoutez que « ce mode d’écriture représente une vision élitiste imposée par la force d’une manière peu compatible avec les principes fondamentaux de la démocratie », au moment même où, par le biais de la force de la loi, vous souhaitez forcer son interdiction et imposer un usage unique.

  • §14 et §15 : vous évoquez l’apprentissage de la lecture et l’enseignement de la langue, mais personne n’a dit que l’écriture inclusive devait être enseignée à l’école, encore moins imposée.
  • §16 : vous évoquez la situation des personnes dyslexiques qui pourraient – c’est fort possible – rencontrer des problèmes avec « l’écriture inclusive » (en fait, certains procédés graphiques et principalement le point médian). D’une part, pourriez-vous citer vos sources car aucune étude sérieuse ne semble pour l’instant avoir porté sur la perception de l’écriture inclusive chez les dyslexiques (ce qui ne veut pas dire que ce n’est pas un problème) ? En outre, l’écriture inclusive ne constitue sûrement pas le seul problème des dyslexiques : quelle loi allez-vous proposer afin de lutter contre l’exclusion dont sont victimes les dyslexiques avec l’orthographe actuelle du français ? Ils vous en remercient d’avance tellement ils ont compris combien leur sort vous était cher.
  • §17 : « L’écriture soi‑disant inclusive est en réalité profondément exclusive » écrivez-vous, en souhaitant donc « exclure » l’écriture inclusive des usages.

In fine, vous proposez donc l’interdiction de l’écriture inclusive « dans l’exercice de leurs fonctions, aux représentants, fonctionnaires, contractuels de droit public et de droit privé des personnes morales de droit public et des personnes morales de droit privé en charge d’une mission de service public ou bénéficiant de subventions publiques » et prévoyez de sanctionner son usage de 3750 € d’amende, peine alourdie de « trois mois de prison » et amende portée à 5000 € « lorsque cette méconnaissance est le fait d’une personne en charge de l’exécution du service public de l’enseignement primaire, secondaire ou supérieur. »

Ainsi, si votre loi est votée, lorsque j’écrirai dans mes courriels professionnels « les étudiants et les étudiantes » ou « les étudiant·es », je m’attendrai à ce que des représentant·es des forces de l’ordre viennent m’attendre à l’entrée de l’Université pour m’arrêter, au nom de votre loi.

Avant de préparer mon pyjama rayé et de prévenir mon avocat, je tenais à vous communiquer ces quelques remarques qui, peut-être, vous permettront soit de retirer cette loi (mais vous semblez en faire un combat fondamental(iste)), soit de la débarrasser de ces quelques scories, erreurs, aberrations scientifiques, idées reçues et passages copiés-collés qui la rendent quelque peu ridicule.

Je vous prie d’agréer, monsieur le député, mes salutations les plus inclusives.

Médéric Gasquet-Cyrus,

Maître de conférences en Sociolinguistique,

Aix-Marseille Université & Laboratoire Parole et Langage UMR 7309 CNRS

[1] Texte et vidéo disponibles ici : https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/ecriture-inclusive-on-complique-la-vie-de-nos-enfants-deplore-alba-ventura-7790581765



Citer ce billet
Association GSL (2021, 12 mai). Lettre ouverte de Médéric Gasquet-Cyrus au député Guy Teissier. Genres, sexualités, langage. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p8z3

Association GSL

créée en octobre 2013.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search